1. HISTORIQUE DE LA CDJP

La Commission Diocésaine « Justice et Paix » est l’un des services généraux du Diocèse. Cette Commission Justice et Paix a été créée par le Pape Paul VI en 1967, comme l’avait recommandé le « Concile Vatican II ». Elle émane de la vision de l’Eglise Catholique en matière de développement qui est : « le développement de tout homme et de tout l’homme ».

La mission spécifique de la Commission demeure la promotion des droits humains, la dénonciation et la lutte contre les dénis de justice, rassembler et synthétiser les études qui se réfèrent au développement des peuples, à la paix, à la justice et aux droits de l’homme, sous les aspects culturel, moral, éducatif, économique et social.

Cette mission de la Commission justice et paix est basée sur l’enseignement social de l’Eglise que le Pape Jean Paul II appelle « Doctrine sociale de l’Eglise ». Après 1994, la Commission Justice et Paix du Diocèse de Nyundo a repris ses activités en Novembre 1997 dans le Diocèse de Nyundo. Depuis lors, elle est opérationnelle.

  1. VISION

« Une société réconciliée avec elle-même et où la culture de paix et des droits humains devient une école à travers la transformation des mentalités et des
comportements dans tous les domaines de la vie ». Pour que cette vision puisse être connue de tous les chrétiens de notre Diocèse, la CDJP/Nyundo s’est dotée d’un hymne intitulé « AMOHORO IWACU », LA PAIX CHEZ NOUS. Cet hymne propose une nouvelle vision basée sur la Non-Violence Active,
Evangélique et Gandhienne ; comme une alternative à notre culture et histoire caractérisées par des violences, des guerres de vengeances et de revanches qui ont culminé dans le Génocide perpétré contre lesTutsi en 1994. Notre vision se veut gandhienne en ce sens qu’elle fait sienne la position de Gandhi sur le respect absolu de la personne humaine illustrée par cette citation : « Il y a beaucoup de causes pour lesquelles je suis prêt à mourir mais aucune cause pour laquelle je suis prêt à tuer. ». [Gandhi]

  1. MISSION :
    « Faire de la pastorale des Droits humains une école permanente de la paix » Notre histoire a été jalonnée de violences, de tombaux en guise de mémoire. Il faut donc entreprendre des actions susceptibles de changer cette culture de violences en culture de « non-violence active, évangélique et gandhienne », car « Il nous faut apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons périr ensemble comme des imbéciles. » (Martin Luther King). Pour y arriver il faut changer de mentalité à travers la promotion, à tous les niveaux de la population rwandaise en général et de la population de Nyundo en particulier, d’une pastorale des droits humains, de paix, de justice, de résolution pacifique des conflits, tout en rentabilisant nos structures de l’Eglise Catholique qui offrent un cadre idéal pour une promotion de la paix.
  2. REALISATIONS PASTORALES DES DROITS HUMAINS

Au niveau du Diocèse, les membres de la CDJP sont dans une pastorale sociale et ces membres travaillent comme un conseil d’administration. Tandis qu’au niveau des Paroisses, on trouve une commission paroissiale justice et paix composée d’un comité de 4 personnes et les animateurs formés. Dans chaque centrale, il y a un comité justice et paix et dans les communautés ecclésiales de base, la commission justice et paix assume 2 ministères : médiation et lutte contre les dénis de justice.

Dans chaque Paroisse, nous avons des animateurs des différentes catégories comme animateurs : pastoraux, parajuristes, jeunes déscolarisés, élèves des écoles secondaires et les foyers pilotes. Signalons que les élèves changent chaque année. Tous ces animateurs ont un travail de résolution des conflits. Eux sont formés dans plusieurs domaines de la vie et à leur tour ils font la restitution auprès de la communauté. Ces animateurs ont été formé sur les différentes lois régissant le pays, les lois internationales, sur l’enseignement social de l’Eglise, sur la résolution pacifique des conflits (médiation et facilitation), sur l’écoute active, sur les différentes méthodes d’animation.

PROGRAMME TRANSFRONTALIER

Etant un Diocèse se trouvant à la frontière, il a été primordial d’organiser quelques activités impliquant la population de deux pays donc de deux villes jumelles Gisenyi et Goma. Les deux CDJPs de Goma et Nyundo travaillent ensemble. Il y a des années que les deux CDJPs se sont beaucoup focalisées sur les journées de convivialité impliquant les femmes, les jeunes fonctionnaires et les étudiants des universités dans les deux villes.